Projet Minibus Addiction

    Présentation du projet

    "Ici, Minibus Addiction Info Limousin"

    L'association AddictLim est une structure fédératrice reconnue et identifiée par l'Agence Régionale de Santé (ARS) intervenant sur les problématiques liées aux addictions en Limousin. Elle travaille sur l’amélioration des pratiques professionnelles de prise en charge de l'addiction et le relai de l'information auprès des populations du Limousin par le biais d’actions spécifiques comme la « semaine des addictions ».

    Lors de son Assemblée Générale du 12 Mars 2018, il a été décidé de  développer une nouvelle action à destination grand public, nommée : « Ici, Minibus Addiction Info Limousin ».

     

     

    1. LE CONSTAT

     

    1.1. Sur la thématique Addiction

    Pour la population, le manque d’information, les représentations sur le monde médical, les concepts et langages spécifiques, … peuvent induire un manque de confiance, une méfiance, une incompréhension, une complexité, … qui se manifestent pour eux par :

    • un frein à l’accès aux soins ;
    • un manque d’adhésion ;
    • un refus d’acceptation d’une prise en charge ;
    • une interprétation erronée du système de soins.

    Induisant chez « d’autres » une marginalisation, une stigmatisation, une réduction des individus à leurs pathologies, et ainsi les éloignant des soins.

    (exemple : image du toxicomane, du « geek », jugement de l’alcoolique, …)

     

    Force est de constater que la principale source d’informations vulgarisées pour la population générale reste le prisme des médias (télévision, radio, journaux, …).

     

    1.2. Sur les territoires

    De nombreux territoires du Limousin sont considérés comme isolés. Cet isolement renforce les préjugés sur l’addiction et l’éloignement des prises en charge.

     

     

    2. LA PHILOSOPHIE

    L’idée est de :

    • créer une relation directe avec les populations qui habitent sur les territoires isolés afin d’apporter une information constructive sur les politiques de santé en matière d’addiction et de prises en charge existantes.
    • motiver les publics suivis pour qu’ils se « saisissent » des outils de prévention en percevant la pertinence de ceux-ci par la compréhension des origines causales et décisionnelles de la création de ces outils dans les politiques de santé.

     

     

    3. OBJECTIFS GENERAUX

     

    3.1. Sur la thématique

    • Donner du sens, préciser les concepts et représentations des termes : santé, addiction et prise en charge.
    • Permettre ainsi aux populations de mieux s’y repérer et de les intégrer dans leur vie quotidienne.

     

    3.2. Sur les territoires

    • Créer du lien, créer de la confiance dans notre système de santé afin de favoriser l’adhésion à celui-ci pour eux-mêmes et les autres.
    • Orienter les demandes en impliquant les professionnels locaux.
    • Amplifier le potentiel local des partenaires associatifs.

     

     

    4. D'OU PROVIENT LA DEMANDE ?

     

    • Un constat fait par AddictLim
    • L'expérience d'associations d'usagers (néphaliste, précarité, ...) fait remonter les difficultés « d'intéresser » la population générale à ces questions de Santé Publique ;
    • Liste de soutiens recueillis (Cf. annexe 1).

     

     

    5. LES TERRITOIRES CIBLES

     

    Tous les territoires isolés des départements 19, 23 et 87.

    Les demandes locales d’usagers, d’associations, d’administrations.

     

     

     

    6. DESCRIPTION DU PROJET                                     

     

    Il se base sur deux éléments identifiables qui assurent une présence visible sur des lieux prioritaires :

    • Un véhicule qui contient tous les éléments de communication et d’information (barnum, stand, …) ;
    • Un chargé de mission ou conseiller en prévention santé (professionnel de santé) qui rencontre la population locale :
      • sur les territoires ruraux isolés,
      • sur les lieux de vie (marchés, foires...),
      • les lieux de passages (parkings d'entreprises, commerces, ...) et dans les bâtiments publics (mairie, gendarmerie, collectivités, médiathèque...).

    Lors de ces rencontres, le chargé de mission proposera d’échanger sur la thématique des addictions et mettra en place des actions spécifiques en fonction du contexte d’intervention : supports d'information, animations, temps de rencontres ...

    De plus, il devra être en lien de terrain pour des actions de prévention sur le thème des addictions. Le chargé de mission rencontrera également afin de se présenter et d’évaluer les demandes et les besoins :

      • les associations locales,
      • les adhérents locaux d'associations partenaires,
      • les professionnels de santé,
      • les élus locaux

     

    SPECIFICITES DU PROJET

    Aller à la rencontre de la population :

    • dans des lieux de passage inhabituel : restaurants routiers, aires de repos, … toutes manifestations populaires (vide-greniers, fêtes locales, cantine ouvrière, sur le parking d’une usine, lieux de passage touristique,  …)
    • sur des créneaux horaires adaptés aux flux de personnes (matin tôt sur le marché, le soir lors d’une fête, les samedis / dimanches et jours fériés, …) afin d’optimiser les fréquentations.

    Le chargé de mission ou conseiller en prévention santé se déplacera sur plusieurs jours consécutifs avec le véhicule permettant une présence et disponibilité accrues sur place. Il n’y aura pas de frais d’hôtel. L’hébergement sera assuré par le réseau de connaissances partenaires qui pourra s’impliquer plus activement lors de ces séjours par un accompagnement sur place.

     

     

     

     

    7. MOYENS HUMAIN

     

    0,6 ETP : Chargé de mission (conseiller en prévention santé)

    0,5 ETP : Coordonnateur administratif

    0,5 ETP : secrétariat

    Soit un total de 1,6 ETP

     

     

     

    8. LES ATOUTS DE CE PROJET

     

    8.1. L’association support AddictLim

    Depuis 2005,

    • l'expérience de l'association AddictLim a permis de faire émerger les analyses exprimées par le coordonnateur de santé et la déléguée de santé prévention, lors des réunions hebdomadaires du bureau et du personnel de l'association à propos des difficultés de l’accès aux soins et de l’information de certains territoires en Limousin.
    • Son engagement pour de nouvelles formes d’actions de prévention.
    • Le réseau de partenaires du l’association sur tout le territoire Limousin.

     

    8.2. Le chargé de mission ou conseiller en prévention santé

    Le projet repose sur la disponibilité d'une personne ressource, professionnelle de santé. Ses compétences ont été acquises durant :

    • ses trente années d'expérience en officine dont  25 années comme pharmacien responsable de son officine,
    • ses 10 ans de présidence de l'association Toxicomanie Soins Réseau 87,
    • ses 5 ans de présidence du réseau AddictLim pour lequel il a été également co-fondateur.

    Il possède une bonne connaissance de terrain, des institutions, des associations et du milieu hospitalier psychiatrique, de l'addiction en Limousin. Il est actuellement libéré de la responsabilité de son officine. 

     

     

     

    9. MATERIELS

    • un véhicule type fourgon en location, avec une communication extérieure  et  un aménagement adapté ;
    • du  matériel pour la tenue d'un stand (tables, chaises, barnum) ;
    • des supports d'informations : kakemonos, expositions, affiches, banderoles, documentations (livres, films, prospectus ...) ;
    • la création de supports spécifiques accrocheurs et interactifs, animés par le chargé de missions ;
    • des supports valorisant l’aspect scientifique (tests de repérage, magazine, …)
    • du matériel de communication : ordinateur, téléphone, écran, vidéoprojecteur ...

     

     

    10. FRAIS DE FONCTIONNEMENT

    • Essence estimation de 30 000 km / an 
    • Frais de repas (deux par jour, trois jours par semaine),
    • Pas de frais de d'hôtel (hébergement en réseau)

     

    Estimation du coût du projet par an : 80 000 euros

    ​​​​​​​

    11. INDICATEURS DE SUIVI

    1) Noms des lieux (nombre de lieux visités);

    2) Temps des visites

    3) Les contacts : nombre, qualité, temps, circonstances, motifs

    4) Analyses des demandes

    5) Mises en place d'actions : types, fréquentation, durée

    6) Documentations remises

                      

     

     

     

    Date prévisionnelle de mise à place

    A partir du 1er juillet 2018